Estang
Villes étapesTemps forts Faits importants
Sens du parcoursEvasions
Arrêt du train. Projecteurs éclairant la scène. Hurlements fusant de toute part et évidemment en Allemand. Portes rapidement et brutalement ouvertes. Évacuation des wagons. Réception par une horde de S.S. et de Feldgendarmes déchaînés, certains d'entre eux ayant en laisse un de ces chiens que nous allions apprendre à connaître. Matraques vigoureusement active. Voilà l'accueil qui nous est fait. La formation en colonne par dix est rapidement organisée et nous nous traînons vers le Camp proprement dit. Combien de kilomètres entre la gare et la porte sur laquelle nous pouvons lire " ARBEIT MACHT FREI " (le travail rend libre) je ne le sais toujours pas et n'ai nulle envie de le savoir mais je sais qu'il fut très long et très pénible ! La fameuse porte franchie premier contact avec le " CAMP ". Il fait nuit mais les projecteurs nous éclairent parfaitement. On nous parque dans un petit coin de l'immense Appelplatz, c'est à dire la place où matin et soir on faisait les interminables " Appel " de ceux qui sortaient pour travailler à l'extérieur et c'est avec une véritable stupeur que nous avons fait connaissance avec ce qui nous attendait.

Lorsqu'aux premières lueurs du jour on nous a apporté cette tisane tiède, froide ou bouillante suivant les arrivées dans ces grands bouteillons nous avons eu la première vision des êtres décharnés, vêtus de haillons, rayés, chaussés de claquettes de bois, qui marchaient en traînant les pieds afin de ne pas les perdre, les épaules voûtées que nous allions nous mêmes devenir bientôt.

Voilà ! Nous étions des " Häftlinge " du Konzentrationlager de DACHAU. Nous allions être non plus des hommes mais des numéros !

Philippe Toureille - FFC n° 147 - septembre 1990

 

 


Arrivée des détenus à Dachau

 


Le camp de Dachau

 

Liste des détenus arrivés à Dachau :














Zugang am 9.okt.1944 von Saarbruckën
Sch Fr Bouisset Louis 12.11.10 Eram 114917


 

 


Escaliers de Mathausen


Carrières de Mathausen

A partir de là, le train s'est mis à rouler beaucoup plus vite et pratiquement sans arrêt jusqu'en Allemagne. J'ai le souvenir qu'en arrivant en Allemagne, la Croix-Rouge allemande nous a donné une soupe chaude. Je crois que c'est à Pont-à-Mousson, avant Metz, qu'ils m'ont sorti pour me faire faire la corvée de charbon. Et là j'ai vu les Allemands piller des pneus de vélos, ils remontaient cela dans le train. Ensuite on est arrivé à Dachau. C'était le soir. Ils nous ont sortis du train et nous sommes restés sur la place d'appel toute la nuit. Le lendemain, avant d'aller en quarantaine, nous sommes passés par un dentiste en blouse blanche. Devant les copains, j'ai voulu faire de l'humour et j'ai dit : là j'ai une dent qui me fait mal. Ca a été mon premier coup de matraque que j'ai pris en me disant : ça y est t'es guéri. Ce n'était pas pour nous soigner, ils regardaient les dents en or, pour les arracher à notre mort. Ensuite, on a été en quarantaine, dans une baraque fermée, entre deux blocs. Nous sommes restés peu de temps mais on avait rien à faire. Il y avait des Espagnols qui étaient aussi avec nous. Comme il faisait un peu frais, on faisait ce qu'on appelait la boule, c'est-à-dire, que pour se chauffer, on se serrait les uns contre les autres, puis de temps en temps on changeait : ceux qui étaient à l'extérieur se mettaient à l'intérieur. Peu de temps après, ils ont refait un convoi pour Mauthausen, en Autriche. A Dachau, nous sommes restés 12 jours. Neuf jours plus tard, on partait pour Melk qui est une dépendance de Mauthausen, pour nous faire travailler. Là on creusait des usines souterraines. Ca a été la fuite en avant car à chaque fois c'était pire. Mauthausen était un camp catégorie 3, juste avant Auschwitz, c'est-à-dire qu'on nous a dit à l'arrivée qu'on ne sortirait pas vivant du camp. Sur les 112 du Train Fantôme arrivés à Mauthausen, 87 étaient morts le 5 mai 1945, à la libération du camp.

Récit de France Boudault : passage par le Train Fantôme - 1990

 


Nuremberg, centre des congrés du parti nazi.
(Photo Ch.Teissier - oct. 2010)


Nuremberg, pierres de Mathausen. (Photo Ch. Teissier- oct. 2010)

Les Constructions du grand Reich.

 

Au lendemain de l'armistice, tôt le matin, Hitler visite Paris en compagnie de l'architecte Albert Speer. Le nouveau Berlin doit dépasser toutes les capitales. Hitler signe un décret, signé du 25 juin, proclamant villes du Fûhrer : Berlin, Hambourg, Munich, Linz et le palais des congrés de Nurmberg. Ces constructions exignent pierres et briques.

 

Le granit est fourni par la Wiener Graben de Mathausen, par les carrrières de Flossenburg et de Natzwiller. Le travail à la carrière est l'un des plus meutriers : l'escalier de Mathausen a tué des républicains espagnols, des résistants français et des juifs, les "parachutistes" poussés du haut de l'escarpemement rocheux. Felipe Martinez décrit la plongée matinale dans l'enfer de la carrière et la lente remontée, le soir, des hommes affamés et fourbus chargés de lourdes pierres.

 

 


Commando de Mathausen - Ebensée

Affectation de F.Boudaut

 

Arrêtée en juin 1944, j'ai été incarcérée au fort du Hâ. Le 9 août j'ai fait partie de la soixantaine de femmes du Train Fantôme. Les femmes de Bordeaux étaient dans le premier wagon derrière la machine, les femmes de Toulouse dans le deuxième C'étaient des wagons à bestiaux. Le 28 août nous sommes arrivées à Dachau où nous avons été immatriculées, nous en sommes reparties 3 jours plus tard. Nous sommes arrivées en pleine nuit à Dachau. Le wagon a été ouvert brutalement par des déportés et par des Allemands bottés, l'air arrogant, avec des chiens. Les quais étaient éclairés comme en plein jour. Les hommes sont partis d'un coté, les femmes d'un autre. Nous avons été parquées dans un coin, une sorte de cantine, isolée du reste du camp. Au bout de trois jours nous avons rembarqué pour un autre camp, Ravensbrück. On nous avait dit que en partant du fort du Hâ nous pensions que ça ne pourrait pas être pire. Arrivées à Fürstenberg, à la gare on nous a débarquées, en pleine nuit. Puis un grand mur très haut, des chevaux de frise, des fils de fer électrifiés, nous sommes entrées : à Ravensbrück. Il faisait nuit, nous sommes restées un long moment là, puis le camp s'est réveillé, des femmes ont commencé à circuler dans le camp, vêtus de rayés. Nous étions ahuries, lorsque nous avons été immatriculées, on s'est retrouvé de l'autre coté : nous n'avions plus rien, ils nous avaient tout pris.

Ginette Vincent " Le train fantôme parti de Bordeaux " - témoignage A.N.C.G Bordeaux



Les bourreaux de Ravensbrück

 


Travaux exténuants

Entrée de Ravensbrück

 

 

DACHAU je n'irai plus ! André FELIX n°93944
° 22-9-1927 déporté par le Train Fantôme

HEIDELBERG, le 13 septembre 1945

Madame,

C'est un devoir bien triste que je viens remplir aujourd'hui puisqu'il s'agit de vous parler de votre fils André FELIX que j'ai connu à la clinique d'AUGSBOURG, alors qu'il était à quelques jours de sa mort.

Il ne m'était pas possible de vous écrire immédiatement parce que je devais attendre que vous soyez prévenue officiellement par le ministère. Il y a plus de deux mois maintenant et je pense que vous avez été avertie de cette terrible nouvelle puisque j'ai fait suivre moi-même les papiers confirmant sa mort au ministère des Prisonniers et Déportés, 11 boulevard Sébastopol à Paris.

Je me trouvais au centre de rapatriement d'AUGSBOURG et j'ai appris par un de mes camarades qui travaillait avec moi à ce Centre Français qu'un jeune petit Français venant de DACHAU était mourant et seul à la Lingenkraukenhaus d'AUGSBOURG. J'eus aussitôt le désir de venir auprès de lui car nous qui avons vu de prés toutes ces misères et détresses morales savons qu'il n'y a pas de plus grand réconfort que celui de venir vers ceux qui souffrent avec le cœur grand ouvert. Je me rendis donc auprès de votre fils que je trouvai, déjà très faible, me regardant de ses bons yeux bruns et me disant " comme c'est bon de voir une compatriote qui pense à moi ". Je ne pus pas rester très longtemps auprès de lui le premier jour parce qu'il était trop fatigué, mais je lui promis de venir et de lui rapporter différentes choses qu'il m'avait demandés. Je revins les jours suivants, essayant de lui faire plaisir. Sa plus grande joie était que je lui fasse manger les oranges que je trouvais pour lui car il avait soif. Il pouvait à peine manger. C'est avec beaucoup de difficultés que j'arrivai à lui faire dire son nom et votre adresse car nous savions qu'il ne lui restait que quelques jours à vivre et je pensais à votre cœur de maman qui malgré toute la tristesse de ma lettre, aimerait cependant la recevoir. Il n'était malheureusement pas possible de transporter votre fils, même en avion car les docteurs savaient qu'il mourait avant d'arriver. Lorsqu'il arriva à l'hôpital il était déjà trop tard. Les seuls des mots qu'il me disait étaient ceux-ci " les boches, si vous saviez " ou bien il me regardait longuement et disait " DACHAU, je n'irai plus " puis il fermait les yeux. Il souffrait beaucoup et ne pouvait faire un mouvement. La lésion qu'il avait aux poumons était déjà très avancée et il respirait avec beaucoup de peine. La dernière fois que je le vis, il était très agité et me dit qu'il voudrait tellement revoir la France. Il avait très bon cœur et voulait toujours que je donne aux autres malades, une partie de ce que je lui apportais. Ils étaient tous des camarades Russes, Polonais, Hongrois, de DACHAU. Lorsque je revins un soir pour le visiter j'appris qu'il venait de mourir dans la nuit (26 juin 1945) plus tôt qu'on ne l'avait pensé. Il fut enterré religieusement au cimetière d'AUGSBOURG, j'assistai à son enterrement avec deux de mes camarades, un docteur Français et un infirmier du centre, voulant rendre à ce petit Français qui avait tellement souffert les derniers honneurs et lui dire jusqu'au dernier moment le merci de la France.

Je ne sais plus exactement le n° de sa tombe mais il est porté sur les papiers qui ont été transmis au ministère.

C'est aussi moi-même le cœur bien triste que je vous écris ces lignes car je n'oublierai jamais les instants passés auprès de votre fils et au cours desquels j'ai essayé avec mon cœur de femme de l'entourer de toute l'affection dont vous auriez je suis sure aimé l'entourez Soyez certaine, Madame, que j'ai fait tout ce qu'il m'était possible de faire et que les souffrances des derniers jours de votre fils furent bien adoucies parce qu'il me l'a dit lui-même. Je sais que cette lettre sera pour vous pénible mais j'ai pensé que si j'étais à votre place j'aimerais que celle qui à vu mon fils pour la dernière fois, me parle de lui et dise tout ce qu'elle sait de lui. C'est dans ce but que je l'ai fait Madame et je vous prie de me pardonnez si je vous fais de la peine. Si vous désirez m'écrire, vous pourrez toujours le faire à l'adresse indiquée ci-dessous. Veuillez croire Madame en mes sentiments les meilleurs et attristés, vous pouvez je vous assure être fière de la tenue votre fils jusqu'au dernier moment, il fait partie des héros de la France.

Simone THOMAS lieutenant French Mission HQ Seventh Army US A.P.O 758
Lettre communiquée par Maurice Lafosse son camarade (évadé du TF Valence) ensembles pris par la gestapo.

 

 

Le monstrueux voyage

Les questions, les coups, les tortures,
Les sombres murs des prisons,
Et puis les lugubres fourgons
Dans la fournaise ou la froidure !

Prés de cent femmes entassées,
Sans air, sans vivres que du pain,
Se débattant, criant en vain,
En soutenant leurs trépassées !

A travers les plaines hostiles,
Dans le jour, ou l'obscurité
Le train roule, ou va s'abriter
En contournant de loin les villes.

Voilà le gibier de potence !
Des femmes au masque flétri
S'accrochant de leurs doigts meurtris
Au drapeau sanglant de la France !

Emportez-les ces cœurs fidèles.
Vous aurez leur chair et leur peau,
Mais il survivra, le flambeau,
Car l'Espoir, lui est éternel.

F. A. Ravensbrück - 150000 femmes en enfer

 


Retour haut de page

© Amicale des déportés du Train Fantôme --- Site réalisé par Communiconcept

Le Vernet30/06/1944

Le 30 juin 1944, 403 détenus du Camp du Vernet, pour la plupart des resistants d'origine étrangère, furent convoyés en camions et autobus vers la caserne Caffarelli à Toulouse.

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Toulouse03/07/1944

Les prisonniers évacués du Camp du Vernet, rejoints par 150 prisonniers de la prison Saint-Michel ainsi que 24 femmes, sont conduits à la gare Raynal le 2 juillet 1944. Pendant deux jours, le train manoeuvre d'une voie à l'autre, les allemands crient, il y avait sans arrêt des heurts de tampons, des wagons étaient raccrochés. Enfin le train s'ébranle et quitte Toulouse le 3 juillet.

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Bordeaux03/07/1944

Les wagons sont ouverts, on distribue un peu d'eau et on permet aux prisonniers de descendre par groupe de 4 ou 5, mais encadrés par les gardiens armés. Le 4 juillet, après de nombreuses manoeœuvres, le train s'ébranle en direction d'Angoulème.

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Parcoul-Médillac04/07/1944

Après avoir dépassé Libourne, le train s'est brusquement arrêté dans la petite gare de Parcoul-Médillac. C'est à ce moment-là que le train a été mitraillé.

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Bordeaux08/07/1944 - 09/08/1944

Les hommes sont parqués dans la synagogue. Ils y resteront 28 jours.

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Remoulins12/08/1944

Le 13 août, vers 6 heures du matin, nous arrivons à la gare de Remoulins et nous nous y arrêtons.

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Figeac12/05/1944

Division "Das Reich"

Cliquez pour afficher les informations

Roquemaure18/08/1944

Le vendredi 18 août, les allemands décident d'abandonner le train et d'effectuer un transbordement du convoi : Roquemaure - Sorgues, 17 km à pied sous une chaleur torride.

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Sorgues18/08/1944

De nombreux sorguais n'ont pas oublié cette journée du 18 août 1944. Nombre d'entre eux, on s'en souvient, vinrent à la gare pour apporter leur soutien aux déportés. Chacun à sa manière. Qui de l'eau et des fruits, qui des médicaments, une poignée de main, un sourire. D'autres, aidés notamment par les cheminots et les éléments du maquis Viala allérent plus loin. Grâce à eux une vingtaine de déportés put s'échapper.
Jean GARCIN

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Pierrelatte19/08/1944
Regardant toujours par la fenêtre je vois arriver vers nous une grande pierre qui se dresse vers le ciel genre menhir et aussitôt un avion volant bas nous survole et nous mitraille.

Ginette Vincent - 17 mai 1990

Cliquez pour afficher les informations

Montélimar19/08/1944

"Je veux bien prendre les morts, mais je veux aussi les blessés "

Cliquez pour afficher les informations

Livron-Loriol20/08/1944

Le viaduc sur la Drôme était endommagé.

Cliquez pour afficher les informations

Valence20/08/1944

Arrêt un jour pour le remplacement de la locomotive ; évasions. Départ le 21

Cliquez pour afficher les informations

Pont de l'Isère21/08/1944

Le pont est coupé par un bombardement allié ; transbordement.

Cliquez pour afficher les informations

Dijon24/08/1944

A la nuit, le train arrive en gare de Dijon.

Cliquez pour afficher les informations

Merrey25/08/1944

Evasions spectaculaires de la dernière chance. 80 évadés environ. Arrêt du train par sabotage.

Cliquez pour afficher les informations

Sarrebrück26/08/1944

Le Rhin est franchi, voici Sarrebrück. Notre convoi, allégé de ses voitures de voyageurs et de ses plate formes, roule maintenant rapidement.

Cliquez pour afficher les informations

Dachau28/08/1944

28 août 1944, arrivée en gare de DACHAU en pleine nuit.

Cliquez pour afficher les informations

Angoulême08/07/1944

A l'aube du 8 juillet, le train arrive à Angoulême, la gare est complètement détruite par les bombardements. Le train reste toute la journée sur une voie de garage éloignée et, le soir, retour en arrière vers Bordeaux.

Cliquez pour afficher les informations complémentaires.

Arcachon30/06/1944

Arrestations de nombreux résistants.

Cliquez pour afficher les informations

Nîmes16/08/1944

Un wagon de prisonniers va se raccrocher à un autre train militaire à Remoulins.

Cliquez pour afficher la suite

Chateauneuf du Pâpe18/08/1944

Traversée de Chateauneuf du Pape.

Cliquez pour afficher les informations

Boyer-Pont Bouchey 23/08/1944

Après une halte d'une heure environ à Mâcon, le convoi roule sur quelques kilomètres puis se poste sur une voie de garage pour la nuit. Les portes restent fermées, les prisonniers ignorent oû ils se trouvent. Il repart le lendemain à l'aube avant d'être immobilisé quelques kilomètres après Tournus, vers six heures trente, en raison du sabotage d'un petit pont entre Sennecey le grand et la Veniére, commune de Boyer, par le Corps franc groupe Lucien. Nous sommes le 23/08/1944. Certains déportés sont réquisitionnés pour combler les abords du pont. A cette occasion, les feldgendarmes donnent quelques galettes et une cuillerée de confiture mais malgré l'insistance des déportés, refusent de leur porter de l'eau ;
" C'est de la faute de vos amis les maquisards, précisent des soldats allemands " vous aurez de l'eau, mais seulement quand le train pourra passer. Du coup les déportés se mettent au travail…. Les opérations de remblaiement durent une bonne partie de la journée ; le train franchit l'obstacle au pas vers 16 heures trente.
Rapport Jacquelin oct. 1944 et témoignage recueilli auprès de Monsieur Renoud-Grappin chef du corps franc groupe Lucien. Par Robert Repiquet avril 2007.

Cliquez pour afficher les informations

Chalon sur Saône23/08/1944

Je faisais semblant de ne pas comprendre la langue Allemande car j'en connaissais les risques. Zanel m'appela, une grande discussion orageuse avec toujours des cris, occupait notre chef de convoi, le lieutenant Baumgarten, avec un officier de la luttwaffe qui voulait notre train pour rapatrier du matériel d'aviation ainsi que des familles d'officier des services non navigants. Le ton était monté et Baumgartner braqua son pistolet sur l'officier de la luttwaffe malgré les reproches que celui ci lui faisait " c'était inutile pour l'Allemagne ces morts vivants ". Le chef S.S. et les feldgendarmes voulaient rentrer rapidement chez eux.
Emile Wajda

Cliquez pour afficher les informations

Saint Césaire11/08/1944 - 12/08/1944

Le convoi stoppa en gare de Saint Césaire.

Cliquez pour afficher les informations

Saint Rambert d'Albon21/08/1944

Acharnement de l'oberleutnant Baumgarten.

Cliquez pour afficher les informations

Is sur Tille / Chalindrey25/08/1944

La résistance s'acharne en vain...

Cliquez pour afficher les informations

De Roquemaure à Sorgues18/08/1944

La grande soif

Cliquez pour afficher les informations

Landes-Pyrénées Atlantique mai-juin 1944

Cliquez pour afficher les informations

Lyon 22/08/1944

Cliquez pour afficher les informations

Estang 03/07/1944

La Gendarmerie est évacuée par la force.

Cliquez pour afficher les informations

Sainte Bazeille03/07/1944

Ange Alvarez

Je dormais de bon cœur, encastré entre mes compagnons, quand une certaine agitation m'a réveillé. Un jeune de notre ancienne cellule, Ange Alvarez, venait de se glisser comme une anguille entre les barreaux de la fenêtre. Personne de nous ne l'avait vu opérer. Des coups de feu ont été tirés, et le train s'est arrêté. Des soldats ont couru le long du convoi, en s'interpellant bruyamment, comme toujours.
Christian de Roquemaurel

Qu'il trouve ici l'expression de notre reconnaissance. Le premier du train fantôme il nous a indiqué le chemin à suivre. Beaucoup parmi les voyageurs de ce train ont suivis son exemple, plus tard.
Francesco Nitti

Montauban10/08/1944

Allez bonne chance les copains. En moins de dix secondes je saute, je saute dans l'ombre protectrice du fossé auquel je n'avais pas songé. Après avoir roulé sur la double voie et d'un seul plongeon, je me retrouve allongé dans ce fossé qui doit avoir au moins un mètre de profondeur. A cause de la pleine lune, il y a l'ombre voulue ; donc pas question de courir vers la forêt. Je m'aplatis, le ventre à terre. Je ne respire plus, puis j'entends le dernier wagon qui s'éloigne. Avec précaution, je lève la tête pour voir ce qui se passe. Le lumignon rouge accroché à l'arrière du train est déjà à une centaine de mètres de moi. Le bruit des roues s'éloigne dans la nuit. Le premier geste que j'ai fait a été de me mettre sur les genoux, puis, assis sur mes talons mes deux mains fortement appuyées sur mes lèvres, levant mes deux pauvres mains aux doigts écorchés vers le ciel, j'ai crié : MAMAN.
Le jeune Jacques Zavan suivra en second le même chemin ainsi que Jean Barel abandonnant frères et père a l'intérieur du wagon. Walter Gezzi

Dieupentale10/08/1944

Tandis que le maquis est encore au Mouchés, le groupe s'accroît de cinq autres recrues : Garay, Fernandez, Facelina, Laendick, Pédro, Marchand Pierre dit "Peyo". S'étant échappés du train, en gare de Dieupentale, ils se cachaient dans les champs, aux environs de la ferme Maurou, sur les rives de la Garonne. Recueillis par Mme Justine Clamens, épouse de Jean Clamens et responsable de l'union locale des Femmes Françaises, ils sont conduits, sur leur désir, au maquis, par le fils Clamens Robert, et le jeune Belloc. De ce fait, le maquis de Verdun dit maquis Ygon atteint 17 unités. Il y a eu aussi quatre évadés non identifiés.
Archives départementales. FTPF (voir la liste des évadés)

Cliquez pour afficher les informations

Saint Gervasy13/08/1944

Evasion dans un arrêt de René Lacroix

Aramon18/09/1944

 Evasion de Sotura de Leiva

Cliquez pour afficher les informations
(Doc. AD Nîmes)

Pont d'Avignon18/08/1944

René Jacob, ancien mécanicien de locomotives SNCF, donna le signal des évasions par le plancher en sautant le premier pour donner l'exemple car il connaissait parfaitement les mécanismes et timoneries des freins de wagon. J'ai retrouvé un camarade Espagnol passé aprés moi, nous sommes repartis à pied sur Remoulins. Arrivés à 18 heures j'ai cherché en gare une machine a vapeur qui rentrait au dépot de Nîmes. D'après R Jacob Trébes 11800.
Il sera suivi de Manuel Aparicio, Roger Rothan, Joseph Dufour et Robert Lacoste.

Cliquez pour afficher les informations

l'Homme d'Armes20/08/1944

Vers les trois heures du matin le train se remit en route, quittant la gare de Montélimar. Nous soulevâmes immédiatement les planches. Le courant d'air nous a collé la sueur sur tout le corps. Quesnel me dit : attendons, laissez passer les aiguillages. Roquemaurel me fit passer un colis ou il y avait un tricot et des chaussures en me disant que sitôt qu'il aurait sauté de jeter ses affaires derrière lui, ce que j'ai fait.
Tout Petit a sauté sur le côté. C'est pour lui que nous avions fait sauter deux planches car il était très grand et épais. J'ai sauté après lui au milieu des rails. Je me suis laissé tomber en laissant mon corps mou pour ne pas rouler. Quand le bruit infernal du train et les soubresauts des traverses furent terminés, j'ai relevé la tête et j'ai vu le train s'éloigner dans la nuit.
Damien MACONE - SETE

Cliquez pour afficher les informations

Neuville sur Saône 23/08/1944

Mes yeux ne quittaient pas la porte en attendant qu'elle s'ouvre….
Je vis que nous étions arrivé à la gare de Neuville sur Saône. Finalement la porte du wagon s'ouvrit. Je pris la boite qui servait à faire nos besoins et me précipitais hors du wagon. Je passais devant les S.S. qui étaient mitraillettes aux poings. Je me rendis à la fontaine, levant la tête je m'aperçus que le S.S. s'était mis à casser la croûte. Devant la porte de la gare se trouvait un homme qui n'était plus très jeune, je me dirigeais vers lui et sans hésiter lui demandait quel chemin prendre pour pouvoir m'évader. Il me dit " en sortant de la gare, tourne à droite, au fond tu verras un mur, tu tourneras rapidement à gauche. "
Trois autres hommes qui avaient compris ce que je voulais faire se mirent à mes côtés voulant eux aussi tenter de s'évader. Pour ma part j'étais prés à tout. J'ouvris précipitamment la porte de la gare et m'enfuis en courant suivi des trois autres et simultanément le bruit des mitraillettes se fit entendre. Nous entendions les S.S. tout prés de nous, tirant de toutes parts, mais ils ne pouvaient pas nous voir car un petit pan de mur leur cachait un peu la vue. Je m'aperçus que nous n'étions plus que deux . J'en avais vu un tomber sous les balles et l'autre avait été repris ; la Saône était là, nous sautâmes sans hésiter à l'eau. Alors que nous réfléchissions une motocyclette s'arrêta sur la route. Un homme très courageux vint vers nous et nous dit " le convoi est parti, dépêchez vous, montez " a 200m de là il me dit " nous sommes arrivés, je repars chercher l'autre ". Effectivement, quelques instants plus tard, il était de retour avec mon camarade.
Nous vivions les moments les plus critiques de notre vie. Heureusement Dieu était toujours prés de nous et surtout auprès de Monsieur Repiquet. Ainsi se nommait cet homme au grand cœur, qui ce jour là nous sauvât de la mort, nous hébergeant jusqu'à la Libération le 3/09/1944.
Joachim DUCH - Montayral 47700

Cliquez pour afficher les informations

Neufchâteau25/08/1944

Après un arrêt en gare de Neufchâteau, trois déportés s'évadent en sortie de gare. Benoît Lévy, blessé, est remis dans le train. Alexander Bekier réussit à se cacher dans la forêt chez monsieur George de Bazoilles /Meuse. Louis Bouisset, caché en ville, est malheureusement vendu aux allemands par " Jacquot le boulanger ". Monsieur Noël et d'autres personnes ont assisté, impuissants, au moment pénible de sa capture. Il ira mourir au camp de Muhldorf le 4/02/1945, laissant une veuve avec un enfant.
Jeannette Bouisset - Castres 81100

Cliquez pour afficher les informations

Metz  


Un train régional composé de voitures ex-AL et Est quitte la gare de Metz en mai 1935.

Pont à Mousson  


A Pont à Mousson j'ai fait partie d'une corvée pour approvisionner en charbon la locomotive. Pendant cet arrêt les allemands se livraient au pillage dans des wagons de marchandises en stationnement.
Témoignage France Boudault

La Magistère 10/08/1944

Evasion de Pierre Gourgues dit « Matelot » et Hypolyte Eugène dit « Fétiche »
Ayant trouvé un tire-fond dans la paille sur le quai de la gare de Bordeaux, ils se sont servis de cet outil pour faire sauter un nœud dans le bois du wagon ……………. Son évasion réussie, il rejoindra le maquis Foch
Lucette Gourgues-Orion, sa fille.